Dans mon rêve

 

Dans mon rêve je vois l'eau calme et émeraude d'un lagon sous le doux soleil d'un éternel printemps ,
Des vaguelettes caressant la plage de sable blanc immaculé sous les rayons de la lune d'argent .

 

Jour et nuit se confondent dans les arcanes enchantées de mon âme
Je cherche de mes yeux endormis les mystères de cette trame .

Un zéphyr fait frémir les branches des palmiers et des cocotiers rangés face a la mer comme une armée
Les fleurs de maints frangipanes et de fleurs exotiques exhalent de douces effluves parfumées .

Les trilles de myriades d'oiseaux remplissent l'air dans une symphonie divine allant crescendo pas à pas
Cette mélodie semblait annoncer la venue d'une présence mystérieuse comme lors d'une ouverture d'opéra .

Le lagon frémit et fut ridé de milles friselures comme des touches de piano sous les doigts d'un mélomane
Des sons cristallins fusèrent eux aussi dans un crescendo d'une infime douceur puis apparut
La Femme !!!

Non pas la sempiternelle Venus des peintres italiens ni celle déformée des modernes
Non !
Mais LA FEMME dans toute sa beauté et dans toute sa simplicité
A vous faire frissonner l'épiderme

A premier coup elle paraissait banale
Pas celle des bacchanales

Mais chaque once de son être était d'une beauté éblouissante
Le tout pouvait passer inaperçu certainement pas formidable

Mais avec les yeux de l'amour elle était divine , évanescente et incomparable

Elle avançait sur la grève , comme aérienne sans laisser d'empreinte sur le sable

La brise faisait frémir ses cheveux bruns sur ses épaules comme les ailes d'un oiseau au repos
Elle avançait avec un mince sourire sur ses lèvres roses , qui éclairait son visage et sa peau

Elle s'enfonçait dans la nature exubérante et florissante qui bordait la plage
Qui était comme les cils de l'œil de cet onirique lagon, accompagnée par des oiseaux , le ramage

Elle prit le sentier qui s'enfonçait à l'intérieur de l'île , car nous étions bien dans une ile
L'île de l'amour , des passions , de tendresse ,des caresses
Chaque mot comme des perles d'une beauté sans pareille tenues par un fil

Le fil des jours et des nuits qui s'égrenaient à chacun de ses pas
Nuits de satins , nuit de velours de soie et d'organdi jusqu'au trépas

Je la suivais hypnotisé par le balancement de ses hanches
D'une beauté sans fioritures simple et franche

Chaque arbre se courbait avec dévotion sur son passage
Et chacun lui offrant qui un fruit, qui une feuille ,qui une fleur en hommage

La voilà couverte de toute cette floraison , une couronne de fleurs d'amandiers sur sa tête à me rendre fou
La feuille de vigne des fresques à sa place avec un collier de fleurs roses autour du cou

Les toiles arachnéennes de l'épeire diadème couvraient le reste de son corps
La blancheur de sa peau en losange de lumière apparaissait bien fort

On arriva dans une large clairière sous le soleil de l'amour ,parsemée de bleuets
Des oiseaux multicolores voletaient en chantant autour d'elles comme pour l'accompagner

Puis elle s'arrêta au centre de ce tapis de fleurs , immobile puis se retourna
J'en eu le souffle coupé
L'éclair de se yeux verts qui me fixaient avec une infinie tendresse me subjuguaient
Elle était Venus
Elle était aussi comme une poupée

Une soudaine bourrasque souffla et ôta toute sa parure qui s'envola
Laissant la feuille de vigne
Apparut la femme originelle dans le paradis de mes sens
Dans cette apothéose de blancheur de cygne

C'était Eve
La femme de mes rêves

L'enfance , la maturité conjugués
Lui donnaient l'irradiation de l'innocence et de la bonté
Elle avançât ses doux bras tendus vers moi avec toujours ce sourire aux lèvres qui me donnaient la fièvre

J'ouvrais soudain les yeux et je la vis la , soudain , se détachant de la baie vitrée de la chambre a coucher
Encadrée par les arbres et les fleurs du jardin et tout au fond :
La Grande Bleue scintillante sous les chauds rayons du soleil matinal :
MA FEMME !!!

 

Partagez cet article !

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir