Sana BEN ACHOUR et la loi tunisienne sur l'héritage.

Lundi 8 aout 2011, quelques féministes tunisiennes dirigées par Sana BEN ACHOUR, l’ex-présidente de l’Association tunisienne des femmes démocrates ont manifesté devant la KASBA de Tunis, revendiquant la modification de la loi tunisienne sur l’héritage inspirée selon les féministes de l’Islam et du Coran.

Pendant que ces féministes tunisiennes manifesta devant la KASBA, le Conseil des Ministres de Tunisie était en réunion présidée par le Premier Ministre Béji Caïd-Essebsi et son Ministre délégué le nommé Rafaa BEN ACHOUR qui est le frère de Sana BEN ACHOUR.

Au cours de cette réunion des Ministres, la question de l’abrogation de la loi sur l’héritage en Tunisie était présente dans l’esprit de Rafaa BEN ACHOUR et la question de la levée sur la réserve fût décidée concernant la Convention internationale pour l’élimination de toutes formes de discrimination à l’égard des femmes (CEDAW).

La levée de cette réserve était demandée par Sana BEN ACHOUR ainsi que par les féministes tunisiennes pour leur permettre dans un futur proche d’adopter de nouvelles lois demandant l’égalité entre les femmes et les hommes en matière d’héritage…

Il est à rappeler que les féministes tunisiennes aidées par les féministes européennes, notamment de France, d’Espagne, d’Italie, de Suisse et d’Allemagne…, sont islamophobes, anti-Arabes, racistes, d’autant plus que les féministes tunisiennes sont tunisiennes et arabes…! C’est le comble de l’ironie…!

Force est de constater que paradoxalement, les lois en matière d’héritage dans les pays occidentaux ne favorisent pas du tout la femme…! En France par exemple, la loi sur l’héritage ( les successions) prévoit en ce qui concerne le partage de la succession, pour la femme un rang qui n’est pas égalitaire à l’homme, selon qu’elle est soeur, ou collatérale ou héritière ascendante ou descendante, etc….

Pourquoi alors s’acherner sur la Tunisie, sur sa religion, sur son livre religieux le Coran, sur l’interprétation du Coran à travers la théorie de l’Ihtihad élaborée jadis par le régime du dictateur BEN ALI et préconisée du temps de BEN ALI et jusqu'à ce jour par l’école de Yadh BEN ACHOUR, à laquelle appartient son frère Rafaa BEN ACHOUR et sa soeur Sana BEN ACHOUR la dirigeante de l’Association l’ATFD de Tunisie, Association qui de surcroît est membre de la Haute Instance pour la protection de la révolution (ISROR) qui est présidée par Yadh BEN AACHOUR…!

Pourquoi les chrétiens ou les juifs ou les Bouddhistes, ou les Hindous, ne s’acharnent pas sur leur Bible ou sur leur Thora ou sur leurs autres livres religieux alors que leurs lois sur l’héritage s’inspirent également de la morale judéo-chrétienne et ne sont pas égalitaires entre la femme et l’homme…?!!

Il est à rappeler que Rafaa BEN ACHOUR exerce actuellement la fonction de Ministre Délégué auprès du Premier Ministre Béji CaÏd-Essebsi et c’est bien Rafaa BEN ACHOUR aidé par son frère Yadh BEN ACHOUR l’actuel Président de la Haute Instance-ISROR qui viennent au secours de leur soeur Sana BEN ACHOUR en faisant pression sur le Conseil des Ministres de Tunisie pour lever les réserves en matière d’héritage opposées à la Convention internationale pour l’élimination de toutes formes de discrimination à l’égard des femmes (CEDAW).

La stratégie que comptent suivre les féministes et les membres du parti d’ETTAJDID ( soutenu par la coalition des partis politique du Pôle Démocratique de la modernité dit laïque ) dans l’avenir est d’abroger la loi tunisienne relative à l’héritage en se fondant sur la Charte Républicaine adoptée récemment par l’ISROR sur l’inistiative de Yadh BEN ACHOUR ainsi que des personnalités nationales de l’ISROR défendant la position de Yadh BEN ACHOUR et le parti ETTAJDID.

Les féministes tunisiennes ont réussi à imposer la parité de 50% Femmes et 50% Hommes dans la future composition de l’Assemblée Nationale Constituante tunisienne prévue pour le 23 octobre 2011.

Les féministes tunisiennes comptent rédiger une nouvelle Constitution tunisienne qui préconise des principes égalitaires en matière d’héritage entre femmes et hommes….

Franchement, quelles magouilles opérées continuellement depuis la révolution tunisienne du 14 janvier jusqu'à ce jour par la famille des BEN ACHOURS et leurs cliques, notamment les enseignants de Droit de l’Université de Carthage de Tunis ( ancienne Université bénaliste du 7 novembre de Carthage ) tels que Slim LAGHMANI et consorts qui sont actuellement les membres du Comité des Experts de l’ISROR qui ont été désignés par Yadh BEN ACHOUR….

Mounir BEN AICHA

Fait le jeudi 11 août 2011

Partagez cet article !

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir