La question de l'héritage en Tunisie et la mise en cause prochaine du droit successoral tunisien par les associations féministes tunisiennes.

Index de l'article


La majorité des associations féministes tunisiennes sont partisanes de la coalition " l'union pour la Tunisie ", qui est une coalition de partis politiques hostile au parti politique islamique "Ennahdha", qui est actuellement au pouvoir en Tunisie, notamment au sein du gouvernement tunisien depuis  le 24 décembre 2011.

Cette coalition dénommée l"Union pour la Tunisie "qui a pu voir le jour le 2 février 2013, comprend 5 partis politiques d'opposition issus de la droite et du centre-gauche, à savoir :

- le parti de "l'Appel de Tunisie ( Nidaa-Tounès), de Béji Caïd Essebsi
- le parti Républicain ( Al-Joumhouri ), de Maya Jribi,

- le parti " la voie démocratique et sociale" ,  (Al-Massar ), dirigé par Ahmed Brahim,

- le parti socialiste, de Mohamed Kilani,

- le parti du travail patriotique et démocratique (PTPD) dirigé par abderrazak Hammami.

Au sein de cette coalition de" l'Union pour la Tunisie " la plupart des féministes tunisiennes sont adhérentes au sein du nouveau parti politique tunisien dénommé "Al-Massar" ( la Voie démocratique et sociale) présidé par Ahmed Brahim, légalisé le 1er avril 2012, se proclamant du centre-gauche alors que les autres féministes tunisiennes sont adhérentes au sein des autres partis de la coalition de " l'Union pour la Tunisie ", notamment le parti de Béji Caïd Essebsi appelé " l"Appel de Tunisie" (Nidaa-Tounès).

Le parti " Nidaa-Tounès " présidé par Béji Caïd Essebsi a été légalisé le 6 juillet 2012 et regroupe actuellement des anciens bourguibistes et un nombre très important de militants de l'ancien parti de Ben Ali qui a été dissous, à savoir le "Rassemblement Constitutionnel démocratique" ( R.C.D.) ainsi que certains militants du centre-gauche.

Ce sont ces partis politiques d'opposition au parti politique islamique "Ennahdha" coalisés au sein de " l'Union pour la Tunisie " qui soutiennent actuellement les revendications des associations féministes tunisiennes, en particulier la réforme de la loi sur l'héritage en Tunisie.

Également, il est à noter que les partis politiques tunisiens de gauche coalisés au sein du " Front populaire " de Tunisie, regroupant 12 partis politiques, apportent aussi, leur soutien aux revendications des associations féministes tunisiennes. D'ailleurs, un certain nombre de féministes tunisiennes sont également des militantes au sein de la coalition du "Front populaire" de Tunisie.

Parmi ces associations et organisations féministes tunisiennes , il convient de citer :

1 – Association des Femmes Tunisiennes pour la Recherche et le Développement (AFTURD)

2 – Association des Femmes Juristes

3 – Association Tunisienne des Femmes Démocrates (ATFD)

4 – Commission Égalité

5 –Commission femmes de la Ligue
Tunisienne des Droits Humains

6 – Commission femmes de la Section Tunisienne d’Amnistie Internationale

7 – Commission femmes de l’Union Générale des Travailleurs Tunisiens
8 – Collectif Maghreb Egalité 95

9 – Égalité et Parité (association)

10 – Engagement Citoyen (association)

11 – Femmes et Dignité (association)

12 – Forum des Femmes Tunisiennes (association)

13 – Front des Femmes pour l'Égalité (réseau)

14 – Images et Paroles de Femmes (association)

15 – Ligue des Électrices Tunisiennes (association).

D'ailleurs beaucoup de réseaux et coalitions d'associations féministes ont été créés après le 14 janvier 2011 comme la coalition pour les femmes de Tunisie qui a vu le jour le 6 septembre 2012 et qui regroupe 15 associations féministes tunisiennes, à savoir :

- Association ATDE

- Association Citoyenneté et Démocratie Participative (ACDP)

- Association Doustourouna,

- Association Egalité et Parité,

- Association Femmes et Citoyenneté (Le Kef )

- Association Femmes et Dignité,

- Association Femmes Montrez vos Muscles, ( FMVM )

- Association Kolna Tounès,

- Association Mouatana & Tawassol,

- Association Aawarni,

- Association Tounès Amanaty,

- Association Tunisienne des Femmes Progressistes (Nabeul),

- Association WAMDHA pour la culture et la Communication,

- Forum des Femmes Tunisiennes,

- Association & développement solidaire ( ADS).

Voici une liste de féministes tunisiennes ayant été membres du Comité directeur de l'Association Tunisienne des Femmes Démocrates (A.F.T.D.), présidée actuellement par Ahlem Belhaj :

1. Sana Ben Achour ; 2. Bochra Belhaj Hmida ; 3. Azza Ghanmi ; 4. Balkis Mechri ; 5. Noura Borsali ; 6. Essia Belhassen ; 7. Halima Jouini ; 8. Khédija Chérif ; 9. Ahlem Belhaj ; 10. Basma Khalfaoui ; 11..Safia Farhat ; 12. Mongia Ben Hassine ; 13. Meriem Frikha ; 14. Monia El Abed ; 15. Najet Yacoubi ; 16. Halima Jouini ; 17. Hédia Jrad ; 18. Nadia Hakimi ; 19. Hafidha Chékir ; 20. Olfa Lamloum ; 21. Rabia Chebli ; 22. Saïda Aoun ; 23. Souad Triki ; 24. Nabila Hamza ; 25. Radhia Dridi ; 26. Leïla Hamrouni ; 27. Habiba Ben Romdhane 28. Dorra Mahfoudh ; 29. Souad Rjeb ; 30. Saloua Guiga ; 31. Raoudha Gharbi ; 32. Héla Abdeljaoued ; 33. Amel Béjaoui ; 34. Mongia Hedfi ; 35. lhem Marzouki ; 36. Bakhta Jmour El Kadhi ; 37.Ahlem Belhaj.

La levée des réserves à la Convention Cedaw a été longtemps demandée par les associations féministes tunisiennes , en particulier l'A.T.F.D. présidée à l'époque par Sana Ben Achour qui est la soeur de Yadh Ben Achour et de Rafaâ Ben Achour.

En ce qui concerne la levée des réserves à la Convention Cedaw une  coalition nationale composée d'associations et d'organismes a été créée dénommée " la coalition  pour la levée des réserves à la CEDAW . Cette coalition pour la levée des réserves à la CEDAW est composée de :

- l'Association Tunisienne des Femmes Démocrates (ATFD),

- l'Association des Femmes Tunisiennes pour la Recherche sur le Développement AFTURD,

- la Ligue Tunisienne pour la défense des droits de l'Homme (LTDH),

- la Fédération Internationale des droits de l'homme (FIDH)

- la section Tunisienne d'Amnistie Internationale (STAI).

Partagez cet article !

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir