Les dix commandements ...

... POUR SAUVER NOTRE TUNISIE

Plus personne ne doute que notre pays est véritablement en grand danger. La révolution n’a duré que deux semaines. Elle fut suivie par une contre-révolution qui est en train d’installer un régime théocratique wahhabite avec la complicité de traîtres et de complices à l’intérieur du pays et à l’étranger. Voici les dix commandements que nous devons suivre. 

1°) Arrêter immédiatement et juger par des tribunaux d’exception les personnes suivantes :               
 - RACHED GHANNOUCHI, l’homme du Qatar et des Américains, chargé d’imposer la vision d’une Tunisie wahhabite et ordonnateur de tous les crimes restés impunis. Toute l’aile dure des salafistes de Ennahdha sera jugée pour les mêmes crimes.
-   MONCEF MARZOUKI, le premier complice de Rached Ghannouchi. Chef de clan et ennemi juré des forces patriotiques et démocratiques du pays, Ses trahisons ne se comptent plus et souillent la fonction de Président de la République, 
-   MUSTAPHA BEN JAAFAR. Le  vrai responsable des manipulations et détournements de l’écriture de la Constitution wahhabite en bloquant toutes les instances indépendants de la justice, des médias, des élections indépendantes ainsi que de tous ses complices. Simples exécutants des ordres de Rached Ghannouchi, en plus des crimes financiers signalés.

2°) Le poste de Président de la République, actuellement sans aucune prérogative restera sans occupant en attendant les prochaines élections avec enquête sur les dérives budgétaires qui ont eu lieu. Renvoi de tous les conseillers qui arnaquent le budget de l’Etat pour un travail qui n‘a pas cessé d‘être des plus nuisibles et dans tous les domaines. 

3°)  Loin d’être un coup d’Etat mais vu le désastre actuel, lançons un appel à l’Armée, à la Police et à la Garde Nationale, par devoir patriotique, de sauver la Tunisie en renvoyant le gouvernement Laaridh, et nommer un autre uniquement constitué de ministres indépendants jusqu’aux prochaines élections d’ici la fin de l’année, avec la dissolution des milices armées de Ennahdha et du CPR, sans oublier les poursuites judiciaires de tous leurs crimes restés sans jugements sur ordre de Ghannouchi. 

4°)  Renvoi des élus de la Constituante avec obligation de remboursement de l’argent sale qu’ils se sont octroyés illégalement; Annulation du projet de la nouvelle constitution qu’ils se sont amusés à dénaturer et nomination d’une commission de dix experts pour reprendre celle de 1957 pour l’améliorer selon les objectifs de la révolution dans un délai de trois mois. Les trois instances de la justice, des élections et des médias seront constituées au même moment en toute indépendance et toujours selon les objectifs de la révolution. 

5°) Signature d‘un pétition par des centaines de milliers de Tunisiens appelant les USA à se prononcer une fois pour toute sur leur soutien à cette mouvance islamiste sous le faux prétexte de soutien à la démocratie tout en sachant que c’est bien le contraire de ce qui se passe. Sans être des ennemis au peuple américain, nous dénonçons fermement les pratiques complices de ses dirigeants qui nuisent aux Tunisiens. 

6°) Rupture immédiate des relations diplomatiques avec le Qatar et l’Arabie Saoudite en exigeant des dommages et intérêts pour les préjudices subits par le pays à cause de leur soutien financier criminel aux associations dites caritatives mais recrutant des mafieux et des assassins pour imposer une vision rétrograde d’un islam obscurantiste et totalement dénaturée. Nationalisation de toutes les sociétés installées et financées par les capitaux du Qatar, de l’Arabie, de la Turquie et des Emirats. Elles serviront uniquement aux régions de l’intérieur. 

7°) Gel des avoirs de la famille proche ou alliée des Ghannouchi et enquête sur l‘origine de leur fortune ainsi que celles de tous les responsables de Ennahdha depuis la naissance de ce mouvement. Gel de toutes les sociétés créées par les Nahdhaouis depuis la révolution et enquêtes sur l’origine de leurs financements. 

9°)  Enquête indépendante sur le financement de tous les partis et dissolution immédiate de tout parti impliqué de blanchiment d’argent, de financement ou dons étrangers ou de tout parti qui refuse un enquête ou présente des documents falsifiés. Les peines les plus lourdes seront prononcées contre toute dérive constaté. 

10°)  Dissolution immédiate de tout parti religieux, régionaliste ou raciste ainsi que les associations culturelles, humanitaires ou caritatives financées par des dons étrangers avec un strict contrôle des finances de chaque association et poursuites judiciaires en de délits. Renvoi de tous les responsables nationaux, régionaux ou locaux nommés pour leur affiliation à la troïka et qui ont prouvé leur totale incompétence après enquête sur leur gestion depuis leurs nominations. 

Partagez cet article !

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir