La thérapie de choc ou la maïeutique néolibérale

« Le vieux monde se meurt, le nouveau monde tarde à apparaître et dans ce clair-obscur surgissent les monstres »
           Antonio Gramsci                                                                                                                                                                                         


            Nous sommes les témoins et les acteurs d'une époque charnière caractérisée par l'éclipse des repères et par l'éfritement des échelles de valeurs. C'est  ce vide insupportable régi par le chaos que viennent investir avec la violence d'un ouragan les obsessions mortifères de tous ces hallucinés de la pureté originelle. Nous vivons en effet une drôle d'époque où les tenants du néolibéralisme le plus sauvage se détournent des pseudo-valeurs décrépites de l'idéologie libérale et s'appuient de plus en plus sur les fanatismes religieux devenus plus porteurs, donc plus propices aux manipulations. Mais cette alliance apparemment contre-nature ne constitue en fait qu'un paradoxe formel. Comme le souligne Marc Luyckx Ghisi,  l'intégrisme religieux est ce sacré de  séparation qui impose à l'homme de dédaigner son vécu  pour retrouver le chemin de dieu . Dans le même ordre d'idées, la modernité, avec toutes ses nuances idéologiques, n'a cessé pendant voila plus de  deux siècles de  déconnecter totalement l'homme de sa place dans le monde en le soumettant aux pulsions d'un ego inassouvissable. Deux visions du monde , diamétralement opposées mais qui se rejoignent en déniant à l'homme sa véritable identité, cette dimension duelle, tout  à la fois matérielle et spirituelle, seule en mesure d'assurer à notre espèce un équilibre salvateur.

Rafaâ Ben Achour, un ex-ambassadeur tunisien, autoproclamé ambassadeur au Maroc, sifflé, et mis sur la touche.

Le 29 juillet 2011, l'ex-président tunisien par intérim Foued Mebazzaa avait remis les lettres de créance à 28 nouveaux ex-ambassadeurs tunisiens, dont Rafaâ Ben Achour qui était en tête de cette liste.

Rafaâ Ben Achour n'avait débuté ses fonctions comme ambassadeur de la Tunisie auprès du Maroc que le 5 septembre 2011.

Rond-points, échangeurs et autres : on tourne en rond

La ville de Sfax si longtemps isolée et négligée ne sait plus compter ses déboires, ni même les conter ou par quoi commencer. On en arrive à oublier l’essentiel, (l’aéroport, le port, la voie ferrée et autres équipements de base) et on se rabat sur les ronds-points, l’échangeur (qui ne finit pas de tarder !), la circulation urbaine, et autres détails qui ne manquent certes pas d’importance. Mais ceci ne doit pas faire oublier cela., et nous voilà aujourd’hui occupés -pourquoi pas- à comparer échangeurs et ronds-points.

Le divorce en Tunisie : une réforme s'impose impérieusement.

Durant les trois dernières décennies, on a assisté en Tunisie à l'augmentation sensible des demandes de divorce.

Bien que certaines études tunisiennes se rapportant au divorce en Tunisie ont été effectuées en 2008 et 2009, la situation actuelle en Tunisie en 2013 ,ne s'est guère améliorée et les demandes de divorce continuent chaque année à augmenter.