Les bijoux et ornements sfaxiens

Ci-dessus une photo (de qualité très moyenne ) avec des piéces percées :  marocaine,tunisienne,autrichienne et romaine .
Autrefois les femmes (bédouines en particulier ) ignoraient les coffres forts et les carnets de caisse d'épargne.
Donc quand une année avait été prospére en cultures et surtout en huile ,elles convertissaient leurs économies en pièces d'or.

Pour ne jamais quitter leur petit trésor des yeux ,elles perçaient les piéces (quoique la plupart du temps les piéces achetées etaient déja percées) et les portaient en collier. Autre avantage : leurs économies étaient soustraites à la tentation de leur époux.
En partant de ce raisonnement les bijoutiers savaient avant les économistes si la récolte d 'olives allait étre fructueuse ou pas. Si les bédouines venaient vendre leurs louis, la récolte allait être désastreuse puisqu'elles entamaient leurs économies, si au contraire elles venaient en acheter tout le monde était optimiste.
Ces Louis percés ne valaient plus leurs valeur faciale ,mais coutaient plus chers que leur poids d'or brut. Les bijoutiers qui faisaient commerce de ces louis prenaient au passage une commission d'environ 5 ou 6 % Donc le collier était confectionné soit:
- A partir de piéces d'or
- A partir de vieilles piéces tunisiennes
-A partir de piéces romaines trouvées dans la terre
- Quelquefois méme de piéces d'or romaines , qui hélas une fois percée n'avaient plus la valeur initiale et ne pouvaient plus se vendre à des numismates à des prix intéressants vu leur rareté . Mystérieusement cette coutume était commune à plusieurs peuples .

Partagez cet article !

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir