La gargote de Phraïem

 

Le train entre en gare dans un battement de roues, fumant, sifflant essoufflé. Asher et Mireille, deux collaborateurs dans une éminente entreprise de textiles sfaxienne, descendent et se perdent dans la foule. Ils sont bientôt dans la grand rue et la journée étant belle et ensoleillée, ils décident de faire quelques pas, afin de se dérouiller les jambes.
Ah ! Quel plaisir ce dégourdissement, et la fuite de l’atmosphère renfermée de la micheline.

Le clou de Djeha (mesmar Ch'ha)

 

Au temps du Calife Haroun el-Rashid vivait à Baghdad un homme du nom de Djeha. Un jour, son voisin Khamiss, homme aussi riche que cupide et rapace, prit femme pour la seconde fois. Il cherchait une maison proche où loger sa nouvelle épouse et s’avisa que celle de Djeha qui jouxtait la sienne, ferait parfaitement l’affaire. Il aborda donc le bonhomme et lui dit :

La légende de la "Punta" (Ou Le rivage désolé)

 


IL ETAIT UNE FOIS, dans une ville côtière d'Afrique du Nord, un rivage particulièrement désolé, dont la désolation était d'autant plus singulière que régnait alentour une grande animation : le port, le port de pêche, les plages grouillaient de monde et débordaient d'activité. Le rivage désolé se... désolait de sa désolation : "Qu'ai-je donc fait, ne cessait-il de se répéter, pour avoir un sort si peu enviable ? Pourquoi est-ce que je ne sers à personne, à rien ?"