Les martyrs de Carthage

Hier dans la salle d’attente de mon médecin, j’ai feuilleté un magazine qui présentait un reportage sur la ville romaine d’Ephèse en Turquie. J'ai fait le rapprochement avec CARTHAGE

Je pense  que Carthage est beaucoup plus étendue, nous y sommes allés souvent, vous vous en souvenez ?

Les vérités de l'oiseau

A Sfax, à la porte de chaque commerce, à la fenêtre de chaque maison il y avait toujours une cage avec un chardonneret ou un canari, et le chant de l'oiseau rythmait la journée.

Ali qui venait d'aménager, avait acheté une cage, puis il avait mis de la glu sur une branche de laurier au jardin public et, il avait capturé un serin qui aussitôt lui dit :

Sfax en 1860 vu par Victor Guérin

VICTOR GUERIN était diplômé de l'Ecole Normale en 1840, il a d'abord été professeur de rhétorique pendant une dizaine d'années dans plusieurs collèges et lycées, notamment au lycée d'Alger en 1850. Victor Guérin dès cette époque, parcourt et étudie l'Algérie, et fait connaissance avec les Arabes, les Maures et les Berbères. Il entretenait dans ses rapports avec eux, un respect mutuel sans renoncer à ses propres convictions catholiques.

Il nous a laissé le 22 février 1860, cette magnifique description de la ville de Sfax

Les yeux de Tarak

Leïla était d’une beauté légendaire et tout le pays le reconnaissait.
De bouche en bouche chacun ne tarissait pas d'éloges sur sa splendeur. Même les conteurs, de ville en ville utilisaient maintes métaphores pour célébrer la magnificence de sa perfection, ils disaient qu’elle était belle comme la lune et le soleil réunis.