Soixante ans après, j'ai revu mon instit

J'avais tellement souhaité rencontrer Monsieur Degoute mon instituteur  !!!!
Ce fut chose faite. le 24 septembre 2011 dans le JURA a Clairvaux les Lacs
Maintenant, âgé de 91 ans Il coule des jours paisibles dans un foyer résidence ou Il y réside depuis le décès de son épouse en 2006.

Mon intégration ne fut pas facile me dit il ; Devant mon étonnement  il sourit  ... Et c'est la qu'il m'apprit  qu'il était né a Bizerte en 1922. J'ai toujours pensé qu'il venait de France.
Il a vécu quelques années a Kairouan et a SFAX jusqu'en 1957-58. Son père était contrôleur administratif a SOUSSE.
Il termina sa carrière d' enseignant dans le JURA, patrie de son épouse Marie Ange ; Il écrivit en son honneur  "Mosaïques", un recueil de poèmes qu'il termina en 2009 ; Il le fit éditer en 2010 a compte d'auteur.
Passionné de mycologie et d'entomologie, il rêve de faire éditer son ouvrage consacré aux papillons..
Lors de notre rencontre, il a longuement parlé de basket et de la JOC en me citant les noms de "Néné Farrugia, Didino Fenneck.  Je n'ai pas eu d'enfants et mes neveux ne viennent pas me voir, vous mes anciens élèves, 60 ans après, vous pensez encore a moi !

Dans ce foyer , travaille une dame d'origine tunisienne qui le chouchoute et avec laquelle monsieur Degoute dialogue en arabe, langue qu'il maitrise parfaitement . Notre instit a une mémoire phénoménale.

Après plus de 2 heures je dois le quitter ; Il me tend un exemplaire de son recueil de poèmes. je lui demande alors de le dédicacer, ce qui fut fait sur le champ d'une écriture légère.

Au revoir Monsieur Degoutte : Je lui tendis la main ! Non dit-il, il faut que je t'embrasse ....

Pour terminer, je vais vous rapporter le final d'un de ses poèmes :


Aux élèves ' j'ai consacré
. Mon temps,comme un devoir sacre.
A leur labeur, ils s’attelèrent.
Depuis, la retraite a sonné,
L'heure des loisirs a résonné.
De mycologie passionné,
Je devins fan attentionné .
Au bord des lacs ou des ruisseaux,
Dans les bois ou mugit le vent,
Le matin, au soleil levant
J'ai prospecté les arbrisseaux.
Au crépuscule de la vie,
De la nature je partage
Le calme profond, a l'envie,
En attendant l'heure du passage.

Ce poème a été écrit par René Degoutte à Clairvaux les Lacs, en décembre 2001

Partagez cet article !

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir